PROFESSION DE FOI DES CROYANTS …

novembre 1st, 2011

… EN DIEU ET EN L’HOMME EN VUE DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2012

Remettons du sens, de la sainteté et l’Homme au cœur de la Cité  !

« La vie est un combat pour la Vérité »
Bienheureux Ivan Merz

1er novembre 2011, Fête de la Toussaint

Nous, croyants de toutes confessions, spécialement chrétienne et catholique, en union avec tous les humanistes de bonne volonté, affirmons qu’il y a urgence à remettre l’Humain au cœur de la politique, et la politique à sa place première devant l’économie.

Nous pensons également que la séparation entre l’Etat et les Eglises – programmée par l’Evangile (1) et légalisée par la loi de 1905 (2) – n’implique nullement cette autre séparation, qui se profile inéluctablement à nos yeux de croyants et d’humanistes, entre la politique et la réflexion fondamentale sur le devenir de l’Homme.

Nous affirmons que notre qualité d’hommes et de femmes de foi, en Dieu et en l’Homme, nous donne une place spécifique et légitime dans le grand débat public qui s’ouvre à l’occasion de l’élection présidentielle. Après des années de silence imposé par une laïcité mal comprise, nous entendons profiter de cette séquence primordiale de notre démocratie, usant ainsi de notre liberté de conscience garantie par la loi citée plus haut, pour y nourrir le dialogue et y apporter la part de réflexion – dénuée de toute velléité partisane comme de la moindre  volonté de pouvoir – sur la dignité infinie de l’Homme et le sens de son existence. Cela commence par le replacer au cœur du gouvernement de sa Cité.

Parce que l’Homme, c’est chacun et chacune d’entre vous !

DE L’ETHIQUE NATURELLE POUR GARANTIR LA DIGNITE DE L’HOMME

Depuis des millénaires, des femmes et des hommes se sont levés contre la barbarie, préservant ainsi l’existence même de l’Humanité. Ils sont morts pour la Liberté et la Justice.

Ces normes non écrites, traduites dans toutes les législations, et leur restant toujours supérieures, ces Liberté et Justice primordiales constituent une seule et même loi universelle, qui permet le déploiement de la nature humaine à travers toutes les cultures : la loi dite naturelle.

La loi naturelle est universelle. Concentrée dans le Décalogue, elle est exprimée par toutes les religions et sagesses du monde non occidental. Définie par les philosophes antiques – Socrate, Platon, Aristote, Cicéron – elle est proclamée par les prophètes de Dieu voire Dieu lui-même – Abraham, Moïse, Jésus. Les philosophes des Lumières, comme Kant ou Voltaire,  s’en réclament également. Tous ces pères fondateurs de notre civilisation européenne et française font référence à la loi naturelle.

Si les chrétiens d’entre nous la revendiquent, ce n’est pas tant au nom de notre foi qu’en notre qualité de citoyens. La loi naturelle est accessible à tout homme doué de raison. Elle est, comme l’écrivait Voltaire dans son dictionnaire philosophique, « l’instinct qui nous fait sentir la justice ». « Agis de telle sorte, recommande encore Emmanuel Kant, que la maxime de ta volonté puisse en même temps toujours valoir comme principe d’une législation universelle. »

Dépassant croyances, époques, territoires et législations, la loi naturelle se trouve au-delà de tout débat, serait-il démocratique. Elle ne peut être remise en cause et son contenu est proprement « in-délibérable ».

Consubstantielle à l’Humanité, la loi naturelle protège la conscience humaine et garantit la dignité de l’Homme.

DE LA CULTURE FRANCAISE ET EUROPEENNE POUR GARANTIR LA PERENNITE DE LA FRANCE ET DE L’EUROPE

Nous, croyants et humanistes, savons que la stabilité et la pérennité de notre Nation française, comme celles de notre institution européenne, actuellement menacées par de grands bouleversements économiques et sociaux, dépendent d’une Culture digne de ce nom. Soutenu par la loi naturelle, irrigué par la philosophie grecque, le Jus latin et la foi judeo-chrétienne, ce patrimoine multiculturel s’unifie dans le christianisme d’où sont issus, avec les philosophes des Lumières, les Droits (et Devoirs) de l’Homme et du Citoyen et nos idéaux de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

Face aux nouveaux défis mondiaux (survie ontologique, survie économique, survie de la paix dans le monde, survie du monde lui-même), il y a aujourd’hui urgence institutionnelle à rappeler que le Christianisme est avec l’Humanisme laïque qui en procède, un des deux piliers de la civilisation française et occidentale.

Nous,  personnes croyantes et humanistes, en signant cette profession de foi, nous engageons  en conscience à apporter notre suffrage au candidat du second tour de l’élection présidentielle qui lui-même s’engagera, en vue du bien commun par la recherche de l’intérêt général, à promouvoir l’accueil du plus faible — de la vie à naître à la fin de vie comme de l’étranger en détresse — l’épanouissement de la famille « durable », l’éthique politique issue de la loi naturelle, la reconnaissance du Christianisme comme composante essentielle de la culture française et européenne, la liberté de conscience qui englobe la liberté de culte comme celle de ne pas croire.

En un mot nous nous engageons à voter pour celui  ou celle qui remettra ainsi du Sens et l’Homme au cœur de la cité.

Frigide Barjot, parodiste, Thomas Gueydier, directeur d’un institut d’enseignement supérieur, Frère Pierre Bidegain, moine aux Béatitudes, Isabelle Lecomte, mère de famille, Philippe Arinõ, enseignant, Xavier Bongibault, responsable associatif, Franck Arnal, cadre, Laurence Tcheng-Reynes, professeur des écoles, Laurence Calonnec, fonctionnaire, Jean-Baptiste Leroux, journaliste, Youssouf Aminata Emilienne, SDF, Bénédicte Buet, infirmière, Goulwen de Kermoysan, thésard en Biologie, Jacqueline Boulant, grand-mère de famille, Maxence Ysembert, étudiant, Monique Douté, retraitée, Stéphane Zeitoun, agent territorial, Catherine Rouvier, professeur d’Université

Pour signer, veuillez remplir le commentaire ci-dessous en y mentionnant vos prénoms, noms, adresse, date de naissance, n° de tel fixe et de portable et votre adresse email.

Avec toute notre reconnaissance pour votre engagement,
les signataires.


Leave a Reply